Politique

«TOUT CE QUI EST EN TRAIN DE SE FAIRE EST EN TRAIN DE CREDIBILISER SONKO»

«TOUT CE QUI EST EN TRAIN DE SE FAIRE EST EN TRAIN DE CREDIBILISER SONKO»

Selon Momar DIONGUE, Les retrouvailles Wade-Macky, ainsi que la rencontre Idy-Khalifa, ne feraient que réconforter le leader de Pastef/Les Patriotes dans ses convictions sur la nécessité de changer le système.

MOMAR DIONGUE JOURNALISTE ANALYSTE POLITIQUE

Les retrouvailles Wade-Macky, ainsi que la rencontre Idy-Khalifa, ne feraient que réconforter le leader de Pastef/Les Patriotes dans ses convictions sur la nécessité de changer le système. L’analyse est du journaliste, Momar Diongue qui estime que cela n’entame en rien Ousmane Sonko qui profitera plutôt de ladite situation. L’analyste politique estime que cet état de fait démarque Ousmane Sonko et compagnie, considérés comme des technocrates, de la vieille garde politique toujours en train de «dealer» sur le dos des populations.

CREDIBILISATION DU DISCOURS DE SONKO PAR CES DIFFERENTES RETROUVAILLES

«Je pense qu’au contraire, Sonko profite de la situation présente. Tout ce qui est en train de se faire, plutôt que de fragiliser Sonko, est en train de crédibiliser son discours de mettre fin au système entretenu depuis les indépendances par les politiques. Les acteurs politiques de la vieille garde que Sonko appelle les politiciens professionnels sont en train d’apporter de l’eau au moulin de Sonko. Qu’est ce qui est en train de se faire ? On a vu que le président Macky Sall avait mobilisé la justice avec la traque aux biens mal acquis. Il avait réactivé la Crei. Ils (tenants du pouvoir) avaient tenu le pays en haleine pendant très longtemps avec le procès autour de Karim Wade. Après, il a été condamné et a fait la prison pendant 3 ans et demi. Mais, il a fini par être élargi à la faveur d’une grâce présidentielle et il y a eu toute cette péripétie autour de son exil au Qatar qui, bien évidemment, a été négocié sur la base de discussions souterraines. Aujourd’hui, tout porte à croire qu’avec ces retrouvailles, on va franchir un nouveau jalon dans le règlement du dossier Karim Wade. On a comme l’impression que le peuple est l’alibi et le dindon de la farce en même temps. C’està-dire, on prétexte de la nécessité de préserver les deniers publics et de pourchasser les prévaricateurs. Quand on finit de régler ses comptes politiques, on laisse de côté tous ces discours pour faire passer tout cela par pertes et profits. C’est cela à quoi veut mettre fin Sonko. Il a toujours dit que les politiciens professionnels sont en train de dealer en permanence sur le dos du peuple».

INSTRUMENTALISATION DE LA JUSTICE PAR LES POLITICIENS PROFESSIONNELS POUR REGLER DES COMPTES POLITIQUES

«Quand Diouf est arrivé au pouvoir, il a mis en place la Crei pour asseoir son pouvoir et contenir tous les ténors qui pouvaient mettre du sable sur sa machine et empêcher sa prise en mains du Ps. La Crei avait été créée par Diouf sous forme d’instrument politique pour amener tout le monde à se tenir à carreau. Un seul Directeur a été emprisonné par la Crei, ensuite c’en est terminé. Quand Wade est venu, il a lancé les audits qui étaient destinés à clarifier la gestion des Socialistes. Mais, on s’est rendu compte qu’il s’en est servi lui aussi comme d’une épée de Damoclès sur la tête des dignitaires socialistes pour leur demander de venir transhumer au sein du Pds. Certains comme Idrissa Seck en avaient profité pour liquider Mbaye Diouf, l’ancien Dg des Chemins de fer qui était tout puissant à Thiès. Quand Macky Sall est arrivé, il a lancé la traque aux biens mal acquis. Là aussi, c’était pour régler le cas de Karim Wade et éloigner le Pds, c’est-à-dire fragiliser le Pds. Donc, vous voyez que la Crei sous Diouf, les audits sous Wade et la traque aux biens mal acquis sous Macky Sall ont été utilisés comme des instruments politiques et politiciens pour régler des comptes politiques. A l’arrivée, tout cela est tombé à l’eau quand les intérêts politiques ont été satisfaits. Et c’est ce contre quoi s’élève Sonko et ceux qui pensent comme lui».

DEMARCATION NETTE ENTRE POLITICIENS ISSUS DU MOULE CLASSIQUE ET LES TECHNOCRATES

«Actuellement, il y a deux pôles. Il y a le pôle des politiciens classiques où il faut ranger Abdoulaye Wade, Macky Sall, Khalifa Sall même sorti du moule socialiste, Idrissa Seck, Pape Diop, Malick Gakou, Madické Niang. Tous sont des politiciens issus du moules classiques qui pensent et agissent d’une certaine manière. De l’autre côté, il y a le pôle des technocrates incarné par Sonko, Abdoul Mbaye, Thierno Alassane Sall et même Mamadou Lamine Diallo. Ceux-là ont un discours qui se rapproche. Ils sont pour l’antisystème et ils sont en phase avec la nécessité de détruire le système. De l’autre côté, les autres sont pour la préservation du système. Maintenant, la démarcation est très nette au plan politique».