Politique

THIERNO ABDOU AZIZ REFUSAIT LA FACILITÉ

THIERNO ABDOU AZIZ REFUSAIT LA FACILITÉ
par Pauline SECK

Parmi les faits qui le particularisaient, il y avait l’importance accordée à l’organisation chaque année du pèlerinage aux lieux saints de l’Islam - Son rêve était de moderniser Madina Gounass, développer la ville à l’image de Madinatoul Mounawar​

Inna lilahi wa Inna ilayhi raji’un… C’est à Dieu que nous sommes et c’est à lui que nous retournons !

Thierno Abdou Aziz Ba, frère du Khalife général de Madina Gounass est décédé le 19 Août au cœur de la ville sainte de la Mecque, après avoir accompli le 5ème pilier de l’Islam.

Thierno, comme on l’appelait affectueusement, était un homme multidimensionnel, qui alliait spiritualité et modernité. Bras droit de son frère et guide Thierno Cheikh Ahmet Tidiane Ba, il était toujours au front, l’esprit en perpétuelle alerte pour le rayonnement de sa confrérie.

Il coordonnait et organisait toutes les activités du Daaka, recevait lui-même les hôtes, suivait les travaux, supervisait les achats et veillait personnellement à ce que tous les fidèles  se sentent bien dans ce haut lieu de dévotion et d’adoration d’Allah SWT.

Son rêve était de moderniser Madina Gounass, développer la ville à l’image de Madinatoul Mounawar. Pour cela, il avait initié d’importants projets socio-économiques, qu’ils soient hydrauliques, agricoles, énergétiques, technologiques et surtout à portée sociale.

C’est avec joie qu’il avait reçu nos équipes pour sensibiliser les populations sur l’importance de l’état civil, acceptant la modernisation du centre de Madina Gounass. Cohérent avec les lois de l’Islam, il est allé même jusqu’à refuser de baptiser des enfants qui n’avaient pas d’extrait de naissance, arguant qu’il ne pouvait faire entrer un nouveau-né dans La Ummah, sans être certain qu’il ne pourrait plus tard satisfaire à ce pilier de l’Islam qu’est le pèlerinage à la Mecque, pour défaut d’identité.

Parmi les faits qui le particularisaient, il y avait l’importance accordée à l’organisation chaque année du pèlerinage aux lieux saints de l’Islam, il s’occupait de toutes les étapes, du choix de la compagnie aérienne, du montage des dossiers des pèlerins, de leur accueil et de l’accomplissement de leur Hajj.

Thierno Abdou Aziz n’a hélas pas réalisé son dernier rêve, celui de finaliser la mosquée Cheikh El Hadj Mouhamadou Said Ba, située au cœur du quartier de Bopp entre Grand Dakar et les HLM. Il voulait que la mosquée de  Bopp soit composée de salles de prières pour hommes et pour femmes, d’un centre commercial, d’un centre d’accueil, d’une salle de conférence, d’une bibliothèque, d’une école coranique, d’une infirmerie pour les apprenants, d’une esplanade pour les hôtes. Il souhaitait y ériger un logement pour le Khalife général de Madina Gounass, un logement pour les gardiens, prévoyant des sanitaires et des bureaux, avec le désir de parer le tout d’une décoration intérieure digne des plus grandes mosquées  des pays arabes.

Thierno est tombé l’arme de la Foi à la main, et tout empreint d’humilité, il n’avait jamais accepté de céder à la facilité et refusait de vivre de “adiyas”, travaillant sans relâche.

Et enfin, il tint un de ses plus beaux rôles en accomplissant son grand devoir de père de famille, vouant à ses enfants une affection sans borne dans laquelle il drapait à leur intention une éducation exceptionnelle, toute entière tournée vers les valeurs cardinales de l’Islam.

Adieu Thierno.

Que Janatou Firdawsi soit ta demeure éternelle.

Amine.

Mme Pauline Seck est Expert Marketing et communication, DG OFBD