Politique

Guy Marius Sagna ou l'apologie du désordre !

Guy Marius Sagna ou l'apologie du désordre !

Au moment où le peuple est debout comme un seul homme pour combattre cet ennemie commun et invisible, le Coronavirus qui chaque jour, nous promet des lendemains sombres et macabres, Guy Marius SAGNA et sa bande promeuvent le désordre.

Mais pourquoi, Guy Marius SAGNA veut-il plonger le Sénégal dans une situation d’instabilité économico-politico-sociale ?

Je me pose cette question car le but ultime de Guy et sa bande, c’est la déstabilisation du pays ! Sinon comment peuvent-ils se permettre de rédiger une plateforme revendicative aussi azimutée, aussi bidon. En fait, la stratégie de Guy est simple, partout où il y a un semblant de désaccord entre l’État et une partie prenante ou entre un particulier et un privé, il faut récupérer cyniquement dossier et arborer le combat par le biais d’une compassion feinte.

À terme, la stratégie de récupération de Guy et sa bande visent à allumer des fronts aussi divers que variés sur le plan économico-politico-sociale pour ouvrir la voie au chaos que Ousmane SONKO et ses affidés du PASTEF appellent de leurs vœux. Ainsi, à scruter la démarche anarchique de Guy, vous comprendrez aisément qu’il est en mission commandée et c’est Ousmane SONKO qui tient la manette avec tact et dextérité. C’est pour cela que les différentes interpellations policières qu’il subit, sont pour lui un moyen de préfabriquer un discours victimaire et cela est accompagné si possible par des images où il semble être maltraité par les flics. Tout est réfléchi, tout est bien séquencé, tout est bien mis en scène.

Aujourd’hui, il est temps de combattre  Guy et sa bande et ce n’est pas la police qui doit le faire mais plutôt les jeunes conscients qui veulent que le Sénégal demeure un havre de paix, de stabilité et de solidarité. Car en réalité Guy et sa bande portent un combat politique sous le couvert d’un pseudo activisme mal arrimé aux revendications qu’ils prétendent porter.

Mamadou NIANG, Responsable des jeunes à Bakel