Politique

DU TATONNEMENT AU PILOTAGE À VUE

DU TATONNEMENT AU PILOTAGE À VUE

Après deux mois de gestion, la stratégie de lutte contre la pandémie de la Covid-19 initiée par le gouvernement peine encore à convaincre. Les mesures prises ces derniers jours semblent avoir fragilisé la riposte

Après deux mois de gestion, la stratégie de lutte contre la pandémie de la Covid19 initiée par le gouvernement sénégalais peine encore à convaincre. Et pour cause, l’absence d’une vision claire sur les objectifs attendus dans la politique de gestion de cette pandémie du fait des multiples variations des mesures prises ces derniers jours ont fini par fragiliser la riposte.

Le Sénégal est encore loin de remporter sa bataille contre la Covid-19. D’un cas testé positif au nouveau coronavirus, le 2 mars dernier, le pays est passé aujourd’hui à 3130 cas du nouveau coronavirus à la date d’hier, lundi, dont 1515 guéris, 35 décédés et 1579 sous traitement dans les différents centres de prise en charge.

Avec ces statistiques, le Sénégal est désormais dans le peloton de tête de la liste des pays ouest- africains les plus touchés par Covid-19 derrière le Nigéria et autre Ghana avec plus de 6 000 cas de Covid19, selon les statistiques de l’Oms. Toutefois, il faut souligner que cette situation alarmante du fait de la propagation rapide de la maladie présente dans 11 régions sur les 14 et 33 districts sur les 79 que compte notre pays ne semble pas effaroucher.

En atteste la décision prises par le chef de l’Etat d’assouplir les restrictions qu’il avait prises au début de cette pandémie alors que le pays comptait officiellement 36 cas positifs dont 02 guérisons, des cas circonscrits alors dans 4 arrondissements de Dakar ainsi qu’à Mbao, Yeumbeul, Guédiawaye, Rufisque, Touba, Mbour, Thiès, Popenguine, Saint-Louis et Ziguinchor. Annoncée, lors de son discours du 11 mai dernier, cette décision du chef de l’Etat semble refroidir l’élan de la lutte noté depuis le début de cette pandémie.

Dans les transports publics et marchés, la variation des positions du chef de l’Etat et de ses ministres, notamment celui en charge de l’Intérieur et son collègue des Transports, concernant les mesures barrières a fini par freiner l’ardeur de certains agents des forces de défense et de sécurité, chargés de veiller au respect des prescriptions. Aujourd’hui, que ce soit dans les marchés, boulangeries, les transports et autres, le relâchement dans l’observation des mesures barrières comme le port obligatoire du masque ou encore le respect de la distance physique d’au moins un mètre semble gagner de plus en plus du terrain. Sous la dictée d’une riposte cohérente contre Covid-19 !