People

Trois ados blancs se moquent du meurtre de George Floyd

Trois ados blancs se moquent du meurtre de George Floyd

Trois adolescents britanniques qui se sont moqués du meurtre de George Floyd dans une vidéo Snapchat ont maintenant été arrêtés, soupçonnés d’avoir commis un crime de haine.

Les trois, tous de Gateshead, Tyne et Wear, ont provoqué l’indignation après qu’une photo d’eux recréant la façon dont l’homme noir non armé de 46 ans est mort aux mains de la police du Minnesota a été partagée sur les réseaux sociaux.

Floyd a été tué après que la police Derek Chauvin se soit agenouillé sur le cou pendant plusieurs minutes, la mort ayant provoqué des émeutes à travers les États-Unis et des manifestations dans des villes du monde entier, notamment Londres, Manchester et Cardiff.

Malgré la fureur, les trois adolescents ont publié la vidéo moqueuse de Snapchat la semaine dernière, bien qu’ils aient été obligés de fermer leurs profils de réseaux sociaux après sa diffusion rapide.

Ils auraient également commencé à recevoir des menaces de mort et seraient désormais protégés par la police.

La police de Northumbria n’a pas confirmé cela, bien qu’un porte-parole ait révélé que le trio avait été arrêté, la vidéo Snapchat étant désormais traitée comme un crime de haine.

trois

Un communiqué de police a déclaré: «  Nous pouvons confirmer que nous enquêtons après qu’une image a été partagée sur les réseaux sociaux montrant deux hommes imitant la mort récente du citoyen américain George Floyd.

«Une enquête a été ouverte et hier (dimanche), des officiers ont arrêté deux hommes de 19 ans et un autre de 18 ans soupçonnés d’envoyer des communications provoquant anxiété et détresse.

«Ils ont depuis été libérés sous caution. Nous comprenons que cette publication sur les réseaux sociaux a provoqué un bouleversement important et nous voulons rassurer le public sur le fait qu’il fait l’objet d’une enquête rigoureuse et est traité comme un crime de haine. »

La vidéo a été partagée sur une page Facebook de l’Université de Warwick, où elle a rapidement suscité de nombreuses critiques.

Des rumeurs ont circulé selon lesquelles le trio devait se rendre à l’université en septembre – mais une source qui est allée à l’école avec les trois a rejeté cela.

La source a ajouté aujourd’hui: «  Tout cela leur a explosé au visage et ils ont reçu des menaces de mort.

«Ils ont été arrêtés dimanche soir et on leur a enlevé leur téléphone et tout.