People

Prophétesse Christ: « la fornication n'est pas un péché »

Prophétesse Christ: « la fornication n'est pas un péché »

Selon la prophétesse Christ Tamaya, « La fornication est un rapport sexuel admis entre un homme et une femme non liés par des vœux de religion, ni familiaux ». Elle est considérée comme un péché de la chair, par le christianisme. Certains hommes de Dieu défendent cette thèse et interdisent ces pratiques à leurs fidèles. Mais pour Christ-Tamaya, ce n’est pas un péché.

Ané Koré Béatrice dit Chris Tamaya se dit prophètesse parmi tant d’autres. Elle compte à son actif plus de 8.000 abonnés sur sa page Facebook et est surtout connue pour ses positions controversées sur la Bible.

Dans une publication sur sa page Facebook, la Prophétesse Christ-Tamaya a fait savoir que la fortification n’est pas un péché. « Selon la Bible, les rapports sexuels avant le mariage est un péché. Je m’insurge contre cette affirmation fallacieuse provenant d’une conception erronée moyenâgeuse. La fornication n’est pas un péché et elle ne le sera jamais, Dieu ne la condamne pas », révèle-t-elle.

« La continence est un dispositif mis en place par les anciens pour protéger leurs filles, éviter le déshonneur, les relations sans lendemain et les grossesses non désirées. Par le passé, les jeunes filles se mariaient vierges, les parents jouaient pleinement leur rôle. À notre ère, il est rare de trouver les filles qui ont conservé leur virginité. Alors, comment peut-on demander à une personne non vierge de s’abstenir jusqu’au mariage? Ce n’est pas évident, à moins que l’homme évacue son impulsion sexuelle d’une autre manière, la masturbation », a lâché celle dit être la réincarnation de Jésus sur terre.

Pour elle, « la masturbation n’est pas un péché. C’est un stimulus qui n’offense pas Dieu et ne fait pas appel aux mauvais esprits. Je n’ai rien à vous apprendre sur le thème de la masturbation. Vous savez déjà que toute intempérance nuit. »

Par ailleurs, elle avoue que sa mission n’est pas de dissiper les gens. « Ma mission n’est pas de pervertir les gens, mais les libérer de leur sentiment de culpabilité par rapport à ces deux sujets à polémique ».