People

LES «BOURREAUX» DE BOCAR SAMBA DIEYE RISQUENT 15 ANS DE TRAVAUX FORCES

LES «BOURREAUX» DE BOCAR SAMBA DIEYE RISQUENT 15 ANS DE TRAVAUX FORCES

Dans la nuit du 3 au la présence de voleurs dans son dépôt à la cité Sodida.

Fallou Sène, Ibrahima ndong, amadou Sarr, Serigne niass, Mignane Diouf et Djiby Dia ont été attraits hier à la barre de la Chambre Criminelle de Dakar pour le cambriolage du dépôt de l’importateur de riz Bocar Samba Dièye. Cambriolage au cours duquel 60 tonnes de riz ont été. Poursuivis pour association de malfaiteurs, vol en réunion commis la nuit avec usage de moyen de locomotion et port d’armes et complicité de ce chef, les accusés, qui encourent 15 ans de travaux forcés, seront fixés sur leur sort le 3 septembre prochain.

Dans la nuit du 3 au 4 novembre 2013, le célébrissime commerçant Bocar Samba Dièye reçoit, tard dans la nuit, un appel de la part d’un de ses voisins qui l’informe de la présence de voleurs dans son dépôt à la cité Sodida. Aussitôt, il alerte le commissariat du Point E qui dépêche deux de ses éléments sur les lieux. A leur arrive en compagnie de l’importateur de riz, les policiers ont trouvé le dépôt ouvert, les cadenas par terre, des paires de cisailles, des couteaux, une machettes…Pendant ce temps, un camion de 40 tonnes de riz a été déchargé. Tandis que 20 tonnes de riz qui se trouvaient dans le dépôt ont disparu. A la suite de ce constat, Bocar Samba Dièye dépose une plainte contre X. Le lendemain des faits, Amadou Sarr accompagné de son frère Ibrahima Sarr et de Serigne Niass se sont rendus au commissariat de Pikine pour annoncer qu’ils suspectaient un vol de riz. Ibrahima Sarr renseigne que son frère avait transporté la cargaison de riz de Sodida à Pikine. Arrivé à la Sodida, raconte le conducteur Amadou Sarr, Fallou Sène lui a demandé d’éteindre les phares de sa voiture avant de lui dire de masquer sa plaque d’immatriculation.

Munis de ces informations, les policiers effectuent une descente à Pikine où ils interpellent Mignane Diouf, Ibrahima Ndong et Fallou Sène. Pour appréhender Djiby Dia, les enquêteurs ont invité Ibrahima Ndong à marchander avec ce dernier pour une vente de blé et à fixer un rendez-vous au port. Dia qui ne tarde pas à tomber dans le piège est alpagué. A l’enquête préliminaire, les mis en causes ont reconnu les faits qui leur sont reprochés.

LES ACCUSES SE LCENT LA BALLE

Face aux juges de la chambre criminelle de Dakar pour répondre des chefs d’association de malfaiteurs, vol en réunion commis la nuit avec usage de moyen de locomotion, port d’armes et complicité de ce chef, les accusés ont tenté de se laver à grande eau. Entendu le premier, Amadou Sarr soutient qu’il est le conducteur du camion. Il estime que Serigne Niass l’a mis en rapport avec Fallou Sène qui lui a proposé de transporter un camion entre Sodida et Pikine. Pour les 20 tonnes de riz, on devait lui payer 125.000 Fcfa. «J’ai quitté Thiaroye en compagnie de Serigne Niass. Arrivé à l’entrepôt de Sodida, Fallou Sène m’a emprunté mon portable. J’ai constaté que la lumière de l’entrepôt n’était pas allumée. On m’avait aussi demandé de masquer la plaque d’immatriculation du camion. Lorsque nous nous apprêtions à quitter les lieux à 4 heures du matin, Fallou Sène m’a conseillé de passer par l’autoroute à péage. A Pikine, j’ai vu Ibrahima Sarr et j’ai dit à mon ami Serigne Niass que cette affaire est louche», dit-il. Amadou Sarr déclare à qui veut l’entendre qu’il n’est pas complice dans cette affaire de vol de riz. Sa thèse a été défendue par Serigne Niass. «Arrivé au dépôt de Pikine, j’ai vu sur place Ibrahima Ndong et une autre personne nommée Mignane Diouf. Par la suite, on nous a dit que le riz a été volé. Raison pour laquelle, on est parti à la police pour les dénoncer», assure t-il.

Fallou Sène a donné une autre version de l’histoire. A l’en croire, il n’a jamais su que le riz était volé. «Je n’ai fait que chercher un camion qui pouvait transporter le riz pour un ami. Lorsque Serigne Niass transportait les 20 tonnes, j’étais sorti pour manger. A la demande de mon ami Laye, j’ai dit à Niass de prendre l’autoroute à péage car les flics étaient sur la route nationale. Arrivé à Pikine, j’ai dit à ce dernier que le riz a été volé, car j’ai entendu dire que les autres ont pris la fuite», dit-il. Il a servi une autre version devant le juge d’instruction. «Laye Port m’avait dit que je pouvais m’enrichir suite à ce vol. C’est ainsi qu’il m’a informé avoir repérer un dépôt de riz dont le gardien n’était jamais sur les lieux. Ainsi, nous pourrons voler 60 tonnes de riz répartis en 2 camions», dit-il. Mais Fallou Sène conteste ces accusations.

Commerçant à la Seras, Ibrahima Ndong clame son innocence et soutient qu’il a été interroge par un certain Ousmane qui cherchait un acheteur pour un camion de riz. C’est ainsi qu’il l’a mis en rapport avec son ami Djiby Dia. «Ce dernier a marchandé avec Ousmane au téléphone et m’a demandé de lui chercher un dépôt. J’ai appelé Mignane Diouf pour le dépôt des sacs de riz et il a confirmé. Cinq minutes après plus tard, Fallou Sène est venu au dépôt pour me demander où était l’acheteur de riz», dit-il avant de nier une quelconque relation avec Djiby Dia. Mais ce dernier réfute cette version et soutient que Ibrahima Ndong lui avait demandé une avance pour l’achat de 12 tonnes de blé. «Dès qu’il empoché l’argent, il ne m’a rien remis. C’est par la suite qu’il m’a parlé d’un camion de 40