International

Crise au Mali : Kemi Seba tire sur la Cedeao et l'Union Africaine

Crise au Mali : Kemi Seba tire sur la Cedeao et l'Union Africaine

Kemi Seba, sur VOX AFRICA, s’est exprimé sur la crise malienne. L’activiste n’a pas manqué de tirer sur la Cedeao qu’il qualifie de laboratoire des intérêts occidentaux.

« Comment peut condamner l’action des militaires maliens et laisser le troisième mandat de Ouattara. Les véritables coups d’État d’Afrique, c’est ceux là qui changent la constitution de leurs pays à tout bout de champs pour leurs intérêts personnels», a-t-il déclaré.

Avant de poursuivre, « la CEDEAO est un laboratoire des intérêts occidentaux. Une instance qui est là juste pour protéger les mandats des présidents en intérêts de l’occident notamment la France. Ce qui m’a déçu de plus pour la CEDEAO, c’est les sanctions prises contre le peuple malien. Est-ce que, la CEDEAO est là pour protéger des personnes et biens où elle est là pour protéger des mandats d’une personne au détriment du peuple ? » s’est interrogé Kemi Seba.

Pour ce qui est de l’Union Africaine, l’activiste dira : « Pour moi, c’est l’Union des Autocrates d’Afrique « UAA ». Cette union ne s’intéresse pas aux peuples, n’intéresse que les autres. Les élus de ces instances ne sont pas en général des gens qui gagnent la confiance de leurs peuples. C’est pourquoi je les appelle Union des Autocrates Africaine. Ils doivent reconnaître que seul le peuple est souverain. C’est cela qui vient d’arriver au Mali.  Je pense que celà doit servir de leçon à tous», a dénoncé Kemi Seba.

Par ailleurs, il précise, «il faut admettre qu’au moment où nous luttons, pour la souveraineté de l’Afrique contre l’occident au même moment certains embrassent d’autres nations telle que les Turcs. La solution n’est pas Turque ou autre continent. Le développement de l’Afrique, c’est nous les Africains même. Il faut rompre avec tout et de prendre notre destin en mains, on a tout ce qu’il faut pour devenir riche et autonome».

«La condamnation du coup d’Etat au Mali par des grandes puissances n’est rien d’autre que de vouloir protéger leurs intérêts. Tous les autres qui ont leurs intérêts cacher derrière IBK ont condamné l’acte du peuple contre une seule personne. La seule puissance qui n’a pas condamné, je pense que c’est la Russie», dénonce l’activiste.

Qui termine par une recommandation au prés du nouveau homme fort du Mali, « j’étais interdit d’entrée au Mali pour échanger avec le peuple malien dans le magistère de IBK, mais aujourd’hui, je pense qu’avec les militaires, ils pourront me permettre de s’y rendre. Je demande au comité pour le salut du peuple qu’il m’ouvre la voie d’accès».