International

"ALPHA CONDÉ EST PRÊT À TOUS LES RISQUES"

Pour l'écrivain Tierno Monénembo, le passage en force que prépare le président guinéen aura de lourdes conséquences pour le pays dont l'économie est déjà affaiblie par l'épidémie d'Ebola

C'est sous une très forte tension que les Guinéens se rendront aux urnes ce 22 mars pour doter le pays d'une nouvelle assemblée nationale et surtout d'une nouvelle constitution très controversée.

Ce dimanche 22 mars les électeurs guinéens devraient accomplir leurs devoirs civiques dans un contexte sanitaire mondial alarmant dû à la propagation du coronavirus dont plusieurs cas sont signalés en Guinée. C'est une des raisons qui aurait servi de prétexte au président Alpha Condé pour reporter la visite de la mission de médiation de la Cédéao à Conakry.

Ainsi, pour l'écrivain guinéen Tierno Monénembo, le passage en force que prépare le président guinéen aura de lourdes conséquences pour le pays dont l'économie avait été affaiblie par l'épidémie d'Ebola de 2013 à 2016.

"Il est prêt à tous les risques : que la Guinée soit mise à feu et à sang, cela ne le gêne pas. La barbarie de l'armée guinéenne, c'est quelque chose de très connu. Des gens qui ont violé les femmes en plein jour sont prêts à tuer à tour de bras. On verra..."

De son côté, le gouvernement affirme que tout est mis en place pour assurer le bon déroulement du double scrutin, selon le ministre Papa Koly Kourouma qui dirige le directoire de la campagne de la majorité présidentielle.

" C'est l'Etat qui a l'obligation d'assurer la sécurité de tout le monde - des citoyens et de leur biens. Je pense que toutes les dispositions sécuritaires sont prises pour que les gens aillent voter librement. En matière de prévention, on fait en sorte qu’il n’y ait pas d'attroupement, que les gens aillent voter un par un sans que les rangs soient serrés, en observant la distance de sécurité qui est d’un mètre. Voilà toutes les dispositions qui sont prises pour qu'il y ait une bonne élection."

Pour le pouvoir, il semble donc hors de question de reporter à nouveau les élections. Il ne semble pas non plus à l’ordre du jour d’intégrer les grands partis politiques de l’opposition.

Enfin, jeudi (18.03), le président Alpha Condé a augmenté la solde des militaires de 20%. Les opérateurs de la téléphonie mobile ont par ailleurs annoncé que les liaisons internet seront coupées du 21 au 22 mars et les communications vers l’international pourraient l’être aussi.  Quant aux écoles, elles devraient être fermées jusqu’au 24 mars.

C'est dans ce contexte assez tendu que le Front national pour la défense de constitution appelle à manifester ce samedi et dimanche à Conakry et dans les régions du pays pour empêcher le déroulement du double scrutin, dont l'organisation divise plus que jamais les Guinéens.